jeudi 22 janvier 2009

Stade ultime de l’évolution ?

En biologie, il paraît que les parasites sont le stade ultime de l’évolution ! Longtemps, on a pensé que ceci s’appliquait à la Finance. Ainsi, les Hedge Funds (fonds spéculatifs) et autres acteurs « inutiles » du système financier seraient la manifestation de son évolution et de sa sophistication. Mais la crise actuelle nous montre qu’il n’en est rien, car ils ont failli entraîner la ruine de ce système.

Le système financier a pour objectif premier d’allouer le capital de manière efficace aux projets créateurs de valeur, et ce via les mécanismes de marché. Plus le nombre de participants à ces marchés est grand, plus ils sont efficients, et plus l’allocation de capital est optimale. Dans ce sens, les spéculateurs de tout genre contribuent à l’optimisation du système et auraient ainsi un effet bénéfique.
Tant que le nombre de ces spéculateurs est limité, l’affirmation ci-dessus reste vraie, quoique contestable. Mais lorsque leur proportion dépasse un certain seuil, ils deviennent clairement nuisibles au système, et leur élimination devient nécessaire à la survie de celui-ci.

Aujourd’hui, par des mécanismes d’auto régulation, la moitié des Hedge Funds a disparu. L’autre moitié ne va pas tarder sous la pression des régulateurs et du système financier lui même. Ayant parié sur la baisse de certaines banques en la provoquant, ils se sont fait des ennemis de l’intérieur, les plus puissants.

3 commentaires:

3ezdine a dit…

Pour que les speculateurs soient inefficient il faut aussi un acces complet et egal a l'information. Une des raison de l'apparition des hedge funds c'est l'inegale acces a la vraie inofrmation financiere.

Anonyme a dit…

Hello my friend!
Petite pensee pour toi ou je suis alle mange un Yakisoba chez Hokaido. Lost in translation...
Je voie ta douce demain. Je l enbrasserai pour toi.
Ton pote du 1 rue L 75016.
Saidokoku !(ca doit bien vouloir dire qq chose la bas)

PS: tjs top ton blog!

Anonyme a dit…

Je pense que cette dérive financière est inhérente au système capitaliste qui livré à lui-même et dérégulé à outrance ne peut que s'effondrer sur lui-même. L'auto-régulation vertueuse du marché n'est qu'illusion puisque cela revient à toujours rebâtir sur les ruines d'un système en perpétuelle implosion. Et les règles que l'on veut aujourd'hui établir auront tôt fait d'être mise à mal par les apprentis sorciers de la finance.
Il faut donc cesser cette déconnexion entre sphère économique et financière et que la vraie valeur revienne à l'économie réelle.
Comme on le voit trop de spéculation tue la spéculation et la maximisation exponentielle du profit des multinationales (loi tacite du toujours plus)écrase les marges des sous-traitant quand elle ne les ruine pas et creuse par voie de conséquence le chômage. Et par ricochet les déficits sociaux (cercle vicieux)
On ne peux donc plus, sous peine de faire voler le système en éclat, systématiquement avantager l'actionnaire au détriment du salarié et poursuivre une course au profit sans limites avec pour seule justification le dogme du toujours plus.