mardi 17 mars 2009

Retour sur l’affaire Quardhawi

La visite du prédicateur musulman à notre pays avait fait un tollé sur la Tunisphère. Les passions se sont déchaînées et les prises de position multipliées: des pétitions contre, des billets résolument pour et des analyses plutôt objectives. Malgré certains dépassements, ce débat atteste de la diversité et de la vivacité de notre blogosphère.

Voici une sélection des meilleurs billets retraçant le « film » de ce débat (pour lire cette carte, cliquez sur « Play » puis naviguez avec les flèches bleues).

L'affaire Qardhawi


3 commentaires:

Walid ben omrane a dit…

Salut,
Je voulais répondre à ta question par rapport à la réforme vers une théologie de la libération. J'utilise certes un concept plein au sens qu'il a déjà servi à décrire une situation ou une dynamique sociale du monde chrétien du nord pour qualifier l'importance voire l'indisponibilité d'un passage par une phase d'une réforme interne de la théologie afin de pouvoir créer sa propre modernité et pouvoir éliminer par un divorce doux les éléments morts de l'archaïsme religieux, mais je reste prudent par rapport à l'amalgame qui peut être engendré par un certain comparatisme docile à l'instar de celui qui met le travail de Youssef Seddik à la hauteur de Luther par exemple (article paru dans JA dans lequel Mme Zouari use de cette comparaison très naive).
La théologie de libération dans le monde chrétien a été imposé par un fait interne boulversant, se résumant dans l'appropriation des sciences exactes par les curés. Les sciences exactes, dont la fonction est de transformer le monde, ont poussé les anathèmes au sein de la théologie chrétienne qui était contre la transformation du monde en tant que empire de satan.
Cependant, la théologie musulmane en tant que continuité de la dynamique monotheiste a mis en exergue une évolution radicale par rapport à la théologie chrétienne la nécessité de transformer le monde pour que puisse être digne de Dieu. La terre est ainsi décrite comme maliable par rapport à volonté de l'homme.
Cette exigence de transformer le monde a mis en place une alliance stratégique sinon un mariage entre la religion musulmane et les sciences jusqu'au XII siècle où un divorce a eu lieu à la suite du déséquilibre interne de la théologie musulmane entre les littéraliste et mystique d'une part qui prônaient un certain fatalisme lié à une autosatisfaction destructrice face à un mouvement minoré (Avérroes) voulant continuer la connexion de la science ou de la philosophie avec la révélation dans une dialectique favorisant la Raison au dépend de lecture littéraliste (Le discours décisif).
Ainsi, la théologie de libération à laquelle peut contribuer Qaradhawi exige son implication dans un long débat de fond avec des théologiens musulmans crédibles de l'institution traditionnelle qui peuvent le faire évoluer vers plus des réflexions plus développées surtout s'agissant d'un autre contexte que celui du Machre'k dans des sociétés comme la Tunisie où la croissance démographique est moins de 1.4% et dont la plus part de la population est citadine et alphabétisée (le dernier livre de Tariq Ramadan La réforme Radicale met en relief la pesanteur de ce travail de libération).
(J'ai déjà développé sur mon blog cette question de l'anthropologie des deux religions par rapport à la question de la Laïcité)
Je n'ai pas revu mon texte je suis extrêmement pressé.
Je n'arrive pas à ouvrir le lien que tu as mis sur ton blog.
Merci pour la réception.

Tarek a dit…

je ne connaissais pas perltrees; j'aime beaucoup le concept!

Barberousse a dit…

@ Walid : Merci pour cette réponse détaillée. Discussion à suivre !
Pour le lien, il pointe sur le site www.pearltrees.com. Il faut probablement le laisser charger quelques instants. Ca vaut le coup de lire cette carte : tu y verras différentes positions, dont la tienne que je trouve originale.

@ Tarek : en effet, c’est un excellent pour éditer le Web : organiser du contenu et lui donner du sens. Je trouve que c’est un très bon complément pour les blogueur. Je t’encourage à l’utiliser pour partager « ton Web » : je suis sur que tu nous apprendras beaucoup de choses sur les sciences politiques et les relations internationales ;-)