lundi 12 mai 2008

« Notre ami Sarkozy » ou les donneurs de leçons

L’incident de la flamme Olympique à Paris m’a fait sourire tant j’ai trouvé démesurée la réaction de certains manifestants, journalistes et hommes politiques. Ces mêmes bonnes gens, m’ont en revanche agacé lors de la visite de Sarko à Tunis. Par méconnaissance, je ne me suis pas permis de parler du Tibet, mais pour la Tunisie, je peux leur dire que les attaques et les critiques aveugles ne font rien avancer. Loin d’être fan de Sarko, je le préfère à ces ayatollah droit-de-l’hommistes !

Primo, les Tunisiens n’ont à prendre des leçons de personne. Tout en admirant et en s’inspirant de la république française et de ses valeurs, nous ne voulons pas de tutelle. Toute ingérence est malvenue car elle réveille, consciemment ou pas, le souvenir du protectorat.

Secundo, la relation entre la France et la Tunisie est tellement riche qu’elle ne peut se réduire à de la critique stérile. Parce que les relations entre français et tunisiens sont profondes (amitiés, couples mixtes, binationaux, émigrés, …) et parce que les flux économiques sont considérables, nous attendons que nos amis français nous accompagnement en profondeur dans notre développement, et ce par l’investissement, la collaboration et le partenariat entre égaux.

Oui, la situation en Tunisie est difficile, mais ce qui l’améliorerait c’est notre indépendance énergétique (accord sur le nucléaire civil), ce sont les investissements créateurs d’emplois (Usine Latécoère) ou le fait de devenir pays hôte de la future union de la mediterrannée (projet de Sarko à présenter en juillet).

Lutter pour les libertés en Tunisie est absolument légitime. Réduire le pays (et sa relation avec la France) à cette question n’est pas acceptable.  

12 commentaires:

zavion a dit…

"Oui, la situation en Tunisie est difficile, mais ce qui l’améliorerait c’est notre indépendance énergétique (accord sur le nucléaire civil), ce sont les investissements créateurs d’emplois (Usine Latécoère) ou le fait de devenir pays hôte de la future union de la mediterannée (projet de Sarko à présenter en juillet)."

Bien sûr que oui et cela va de soit . On a un problème énergétique qui va en empirant avec l'augmentation du prix du baril .La centrale thermique au gaz de ghanouch ne résoudra pas tous les problèmes et il nous en faudra impérativement une avec énegie nucléaire .
On a bien évidement besoin de latécoère pour les 2000 emplois directe ou induit mais aussi pour les méthodes de travail et le savoir-faire en aéronautique .

fawzi a dit…

ton raisonnement sent le "rcd" à 1 km
à la ronde

cratyle a dit…

Barberousse est en colère!

Et pourtant... Si l'on se demande ce qui est le plus utile pour la Tunisie, de la démocratisation ou des investissements, il est possible que la réponse ne soit pas celle qui paraisse la plus évidante. L'un de tes sujets sur le capital social en parlait d'ailleurs un peu. La clé du développement d'un pays, s'il ne doit y en avoir qu'une seule, n'est ni la quantité de richesse naturelle ni la taille du marché, ni même le niveau technologique, c'est plutôt la densité des réseaux sociaux, qui est aussi le niveau de confiance que s'accorde les habitants, qui est aussi dans une large mesure... le niveau de liberté et de démocratie.

Et si la démocratisation était la voie la plus utile à la Tunisie d'aujourd'hui? Et si le régime actuel ralentissait quelque peu cette émergence (trés involontairempent, bien sur, mais on fait pafois dés choses involontaires...)? Et si la voix des quelques français que cette question préocuppe n'était pas un signe de mépris, mais un utile soutien pour les tunisiens?

archipel de Frioul a dit…

je pense que la question de la démocratie est une question Tuniso-tunisienne.je crois qu'elle doit le rester.
je ne pense pas que changer les choses de l'extérieur est possible ni même souhaitable.
inutile de vous citer l'exemple Iraqien...
cependant, durant ces 30 dernières années ont a vu pas mal de pays accéder à la démocratie et ceci d'une vitesse surprenante,
je parle des pays de l'est bien sure.
ceci est grâce à l'Union Européenne.je crois que l'Espagne est le meilleur témoin à ce phénomène.

Je ne sais pas si une analogie est possible mais je vois en l'Union Méditerranéenne un espoir à saisir pour notre pays.
je vois aussi une chance à l'intégration d'Israël,à la stabilisation de la région...

reste à espérer que la portée de l'Union ne sera pas uniquement économique.

Camille Desmoulins a dit…

en effet, ce qui est à craindre a priori avec Sarkozy, c'est une Union méditerranéenne limitée aux aspects économiques...

barbe noire a dit…

cher Barberousse,
par les temps qui courent l'amitié entre pays se monnaye au prix fort
(1 milliard 700 millions d'euros dont 19 airbus pour Tunisair qui compte un parc de 30 avions!!!)
mais que ne ferait -on pas pour que raisonne la bonne sphère médiatique en connaissance de cause....

;)

Sleh Mosbeh a dit…

C'est marrant que Barberousse se fasses prendre pour quelqu'un de l'RCD après ce discours sur la souveraineté nationale.

A se demander si nos vrais amis du RCD ne sont pas aussi sincères que Barberousse quand ils s'emportent dans ce genre de rhétoriques.

@Camille: Comme s'il existait une forme autre que économique que pourrait prendre cette union. Je serai curieux de savoir quelle est l'union que tu fais allusion.

Je trouve qu'il n'y ai aucun mal a ce que cette union soit principalement économique. Par contre, ce que je trouve tout aussi important que les échanges commerciaux ( si ce n'est plus important) c'est la collaboration dans le domaine de l'éducation, et ça je pense que Sarko en a déjà parle et je pense que ça fait partie de ces plans.

Barberousse a dit…

@ Fawzi : je ne m’interdis pas de coïncider avec le RCD lorsque cela fait sens

@Cratyle : Le pire, c’est que je suis d’accord avec toi ;-) et même si cela n’apparaît pas dans mon post, j’ai énormément de respect pour les gens que les problèmes de Tunisie préoccupent sincèrement. Ma critique s’adresse (uniquement) à ceux qui s’emploient systématiquement à noircir le tableau.

@Archipel de Frioul : L’union de la Mediterranne est une chance, mais je doute qu’il faut en attendre tant. L’analogie avec l’Espagne me semble très pertinente dans une autre perspective : Notre pays ressemble étrangement à l’Espagne des années 70, avant le mort de Franco quand le pays a commencé a se préparer a l”après” en faisant “abstraction” du régime en place.

@ Camille Desmoulins : enfin, il y a aussi l’aspect sécuritaire ;-) (Hortefeux faisait partie de l’expédition)…je vois ton point, mais tu ne crois pas que c’est déjà mieux que rien : Juste à lire les quelques commentaires de ce post on perçoit l’attente qu’ont les Tunisiens (et j’imagine les autres pays de la rive sud) de cette union.

@ Barbe Noire : merci pour l’info. En effet, business is business!

@Sleh Mosbah : Bien que déconnectés de la base et sans crédibilité aucune, « nos amis » du RCD ne racontant pas que des salades en effet…Sinon, l’éducation a toujours été un des sujets majeurs de la collaboration entre les deux pays, largement dans l’intérêt de la Tunisie.

Anonyme a dit…

c'est quoi le "RCD" ?

Barberousse a dit…

Rassemblement Constitutionnel Democratique :
http://www.rcd.tn/index1.html

Barbe noire a dit…

J'ai trouvé Sarko trés mesuré et respectueux lors de sa visite à Tunis. il n'a pas fait de déclaration à l'emporte piéce et à tenté de ne voir que les éléments positifs pour les bonifier.
J'espère qu'il ressortira de cette visite des éléments concrets outre les retombées économiques,tel que l'amplification de la démocratisation du pays, l'élévation du niveau de vie et d'éducation ainsi que l'indépendance énérgétique.
Je souhaite que des deux cotés de la méditerrannée on puisse avancer de concert et que cette union voulue par Sarko soit le katalyseur qui mette en orbite la navette spatiale appelée "Tunisie" et lui permette de s'aligner sur les standars européens.

humain a dit…

la visite est une leçon de Real politique.