samedi 31 mai 2008

Élites du Maghreb / Maghreb des élites

Le Maghreb contemporain est l’œuvre des fondateurs des états modernes, ces élites qui à l’indépendance, ont accédé au pouvoir façonné les états naissants selon leurs convictions. Ils ont mis les pays sur des trajectoires distinctes qui permettent d’expliquer certaines spécificités actuelles :

Cas du Maroc:

Au Maroc, l’élite qui a lutté pour l’indépendance provenait de la bourgeoise urbaine, notamment Fassi et s’organisait dans le Parti de l’Istiklal. Elle sera alliée au Roi dans la lutte pour l’indépendance. De par son origine et ses alliances, cette élite s’accommodera d’un régime monarchique et prolongera le schéma aristocratique qui la justifie et protége ses privilèges. Ceci est perceptible aujourd’hui encore.

Cas de l’Algérie :

En Algérie, l’élite qui a lutté pour l’indépendance du pays est formée de colonels révolutionnaires, meneurs d’une lutte armée. Une fois au pouvoir, cette élite a instauré un régime du type révolutionnaire et a choisi le socialisme comme doctrine. Elle a en conséquence entraîné la société dans une trajectoire de type « Russe ». Les similitudes avec ce modèle sont encore visibles aujourd’hui car, comme en Russie, les utopies égalitaristes ont cédé leur place à une libéralisation effrénée et à une concentration des richesses entre une poignée d’individus.

Cas de la Tunisie:

Enfin, dans le cas de la Tunisie, les architectes de l’indépendance provenaient des classes moyennes. Éduqués dans les écoles et universités de la république, souvent  en métropole, ils s’étaient imprégnés des valeurs des lumières et fascinés par le modèle républicain.

À l’indépendance, ces élites proclameront la République et déploieront ses principes : école publique gratuite et obligatoire, égalité entre hommes et femmes, une certaine forme de laïcité (confiscation des Hbous,…) et l’émergence d’une classe moyenne.

Malgré certaines entorses et pressions, la Tunisie d’aujourd’hui est fondamentalement républicaine, à la française.

2 commentaires:

ramzi a dit…

quiz : trouver l'erreur

a) moroc : régime monarchique + shéma aristroatique qui justifie et ptotége ses privilége

b)- pouvoir militaire + une concentration fr richesse entre poigné d'individus.

c)- Tunisie : Aujourd'hui république + fondamentalement républicain a la francaise

ramzi

notion d'état a dit…

j'aime bien ce schéma car il nous permet de voir clairement que nous avons importé la forme républiciane de la Tunise,
seul problème est qu'on a oublié d'importer les fondements et les principes de ce régime.
rien de plus normal, une révolution et une histoire ne se transpose pas.

en gros, on a pas le mode d'emploi du jouet!!!!

je pense qu'on est très loin du concept républicain
mais aussi de la notion d'état à la Romaine,

faite l'expérience vous même:
demander à un Tunisien à qui appartient la voie publique, il vous répondra: au Hakem.

Pour le tunisien le Hakem est un pouvoir abstrait assez puissant qui concentre les 3 pouvoirs (c'est même lui qui met en marche les lampadaires publics!!)

mais bon il faut rester optimiste,
Le tunisien ne crois plus à la souveraineté d'un chef de Tribu puisant mais désormais à la souveraineté du Hakem!!
c'est déjà ça,
on es passé à la deuxième étape,
on crois au pouvoir d'une notion abstraite.