mardi 20 octobre 2009

« démocratie » tunisienne : la Cata ou le Kata ?

La « démocratie » en Tunisie ne peut s’écrire qu’entre guillemets. Pour beaucoup c’est une mascarade, pour d’autres c’est une transition car il s’agirait d’une phase d’apprentissage. Autant le premier argument est facile à comprendre, autant le second semble difficile. En y réfléchissant, je lui ai trouvé des similitudes avec la philosophie des arts martiaux japonais !

En effet, dans la plupart de ces arts martiaux, l’apprentissage se fait par ce qu’on appelle le Kata, série de gestes représentant un combat réel contre un adversaire, qui éventuellement peut être imaginaire. Le but du kata est double : d'une part, il fait travailler des gestes et postures dans des situations données, afin d'avoir un apprentissage « au calme » et plus appliqué que lors d'un combat; d'autre part de faire découvrir des principes fondamentaux des arts martiaux. Par la répétition, le Kata permet de faire découvrir les principes cachés et mystiques de l’art martial et de les intérioriser.

Si cela est extensible à la démocratie, peut être que son apprentissage peut se faire entre adversaires imaginaires ? En simulant la démocratie à répétition on finira peut être par en intérioriser les principes ? et qui sait, on finira peut-être ceinture noire !

5 commentaires:

HNANI a dit…

حلوة برشا

BYRSA a dit…

excellente note ;)
pas con cette idée de kata !

Guislain Ponté a dit…

La démocratie en Tunisie est plus dans la cata que dans le kata, il faut arrêter de s'aveugler la face.

La démocratie est le culte du respect des valeurs, des droits de chacun.
Le jeu de mot est sympa mais dans le contexte actuelle de la Tunisie, je pense qu'il faudrait accentuer d'autre remarque pertinente pour pousser les tunisiens à réfléchir sur leur avenir.

Les cas à la Sameh Harakati ne doivent plus que figuerer dans le triste passé de la Tunisie.

http://tunisie-harakati.mylivepage.com

Profilo a dit…

La démocratie est un kaka et pas un kata:) je crois que c'est un peu dur d'être en phase transitoire pendant plus de 20 ans. le tunisien n'est pas aussi con que ça je croyais. On est pas la richesse de ce pays

Patrice Lamothe a dit…

Joli billet!